les Montagnards Unis

Un Pertuis ardu, un chalet perdu. Une équipère en or. (en été)

Date de cette virée = 20 et 21 juillet 2008

Suite et  fin de  cette virée avec  Emilie ?   >>  descendez par ici   <<

Une autre virée par ce couloir, 1 mois avant  ?  >>  passez par là   <<


Emilie et moi, nous  sommes entrés en relation via  >>  Camptocamp  <<
Via  ce  présent site aussi  ( qui  est fait pour , d'ailleurs).
Elle est lyonnaise ( on ne peut pas avoir toutes les qualités !), elle a  envie  de connaître Belledonne un peu mieux.

Ok, pour une virée de 2 jours "cool"  , "facile", "juste un peu impressionnante par endroit, histoire de pouvoir se vanter un peu au retour".  Histoire de s'apprivoiser réciproquement, avant une éventuelle virée plus  sérieuse.
Ok, pour  passer par le couloir du Pertuis, ça lui fait même pas peur.

Facile  et  rapide  aussi de nous trouver une compatible   "philosophie  montagnarde" ( qu'on soit  sur les sommets ou en plaine) : plutôt à l'écart des  sentiers battus, zénitude parfaite, et aussi des engagements.

La  difficulté , c'est de fixer une  date  qui convienne à  chacun. 
Plus  compliqué encore = une date commune qui ,
6 jours à l'avance, coïncide  avec  une météo  potable...
Un genre de   difficultés  qui joue  souvent  sur la  sécurité. 
(En solo, cet aspect-là,  agenda + météo, c'est plus  simple à gérer, et même, carrément moins  risqué.)
Autre genre difficultés =  l'indispensable zénitude peut  être confondue avec un optimisme exagéré,  et l'engagement serein avec une obstination malencontreuse.

Ce photo-reportage contient aussi de petites leçons, des rappels ( que je me fais aussi à moi-même), concernant la  sécurité.
Des distractions infimes, des petites négligences, ... = cela conduit vite à de graves ennuis.


JOUR 1 = Sale temps !

Pas d'bol...  La journée de mauvais temps, que Météo-France annonçait en début de semaine pour le samedi, s'est retardée et déboule ce dimanche.
Nous avons été retardés nous aussi, nous partons du parking du Gleyzin vers 12h 30.
Objectifs "prévus"du JOUR 1 = d'abord le couloir  du Pertuis, et de l'autre côté, baignade et camping aux  lacs du Morétan.
Ce  second  grand objectif d'alpinisme est d'emblée très compromis....
Image hébergée par servimg.com

Les nuages s'assombrissent,  s'éclaircissent, s'assombrissent... Nous prions tous les dieux de la Terre pour  qu'ils ne nous soient pas trop violemment  défavorables.
Je laisse  la  décision à  Emilie =
Plan B = On se réfugie...  au Refuge de l'Oule,  à  moins  de 2 heures.
Plan  C = On se chalète, après le couloir, en redescendant jusqu'au Chalet du Merlet.
Image hébergée par servimg.com

Au pied du mur, au pied  du  couloir, on voit les maçons et les alpinistes.
Brève tentative de pause-casse-croûte, sous la pluie qui redouble  d'intensité, et ous les grêlons, et moi, pas encore correctement vêtu, je grelotte.
Et brèves réflexions :

-- ... il n'est pas bien loin, ce refuge de l'Oule...
-- ... bah, on n'aura qu'à aller jusqu'au chalet  du Merlet...
Nous avons encore foi dans le dieu Météo-France, qui nous a promis que ces cochonneries venues du  Sud-ouest vont être balayées par unfort vent de Nord, nous  ramenant l'anticyclone.
Mais  dans combien de temps ???
Image hébergée par servimg.com

Emilie, crampons aux pieds, indique la marche à  suivre. Y a plus qu'à...
Image hébergée par servimg.com

La sortie, c'est  tout  droit !
Enfin presque, car sur les 200, 400 derniers mètres , ça tourne à gauche.
Il y a un mois la neige montait jusqu'à ce gros  rocher qu'on  aperçoit et qui mesure facile 3 ou 4 mètres en  hauteur.
Image hébergée par servimg.com

Est-cette neige  un peu bosselée par la fonte, reposant nos  chevilles et mollets, qui facilite  le  début de notre ascension ?
En  tout cas, il est assez sympa, ce large couloir du Pertuis.
Le risque de  chute de pierres est nul, ou quasi nul. C'est  rare, pour un couloir  estival.
En hiver, il est  bien avalancheux, c'est pourquoi, il garde longtemps une  neige très tassée, même s'il est exposé au sud.
Image hébergée par servimg.com

Petite erreur  de mon équipière.
Elle n'avait  pas vu le "petit bidule"  qui permet d'ajuster la dragonne du piolet autour de son poignet.  C'est vite résolu.
Image hébergée par servimg.com

Faut quand même que je  regarde aussi devant moi. 2 ou 3 minces ponts de neige à franchir.
Je tâte  d'abord du bâton, avant d'y poser un pied . ( léger, le pied ! un pied  de  chamois, pas un pied  de mammouth...)
Au pied du  couloir, j'avais constaté que la neige était bien dure.
Un chouïa trop  dure d'ailleurs, on  s'en apercevra plus  tard...
Image hébergée par servimg.com

Je regarde aussi Emilie de temps à autre, elle se débrouille pas mal sur ses crampons.
Même si elle a moins d'entraînement et  d'expérience  que moi (moi qui suis un autodidacte du cramponnage  en couloir, qui ai déjà  vécu pas mal d'erreurs à ne pas commettre), je ne me fais pas de mouron.
Emilie, elle, a  fait  des initiations,  des sorties avec le CAF, le Dôme  des Ecrins...
Image hébergée par servimg.com

Pourtant, sur cet  agrandissement de la même photo, je  vois une dangereuse erreur :
( sans parler du bâton, long, qui serait bien mieux en aval, et du piolet, plus  court, qu'il faudrait tenir par le bras amont), les pieds, les crampons sont mal placés.

Emilie  est en traversée ascendante, la pente  sur sa  droite.
(Les traversées, c'est très piégeux.)
Sa jambe/crampon droit, n'est pas assez orientée vers l'amont, le crampon prend une fâcheuse posture en "traviole", presque orientée vers le bas.
Elle vient ou elle est en cours de  soulever la jambe gauche, de l'aval vers l'amont.
Le croisement de jambes, le  "croisement de crampons" n'est pas loin !
Croisement de crampons aussi casse-gueule que le croisement  des skis, surtout avec un piolet mal placé...
Solution,  en cas d'erreur de ce genre ?
"reculer", remettre doucement ce pied  gauche en arrière  en aval, bien en travers de la pente. L'appui sera bon.  Ensuite déplacer  le pied droit pour l'orienter plus franchement en direction de l'amont.
Principe valable pour toute progression en traversée,  ascendante ou descendante, qu'on soit avec ou sans crampons = orienter toujours le pied amont vers l'amont.

Image hébergée par servimg.com

La posture relativement dangereuse d'Emilie est favorisée par ses crampons, pas tout à fait ad-hoc.

Elle n'a pas de chaussures à "débord au talon", qui permettent d'y fixer des crampons "semi-automatiques".
Je lui ai prêté  d'anciens crampons, à lanières,adaptables à  toutes chaussures.
Seulement, le passage des lanières est plus  compliqué. Après plusieurs arrêts-crampons, je m'en souviens = il faut  croiser les lanières derrière, sur le talon.
De plus, ces crampons-là, ce sont des "10 pointes". Conçus plutôt pour des traversées de névés pas trop pentus, ils ont le petit  avantage d'être plus légers.
Mais le gros inconvénient d'accrocher moins bien, dès que la pente se fait plus raide.
Dans un couloir pas trop méchant comme celui-ci,  avec   une neige ni verglacée, ni trop molle, "ça peut l'faire" .  Mais ce n'est pas l'idéal.
Surtout quand on s'aperçoit un peu tard d'un autre grave défaut de ces vieux "10 pointes de marque SIMOND" ...
Image hébergée par servimg.com

Voici  mes "CHARLET  12 pointes"..., des "semi-automatiques" . ( OK, ils ont bien vécu, les pointes usées, ...)
Beaucoup plus "sécure"  que des "10 pointes" et pas beaucoup plus onéreux.
Conseil de Laurent G = Achetez d'abord ce genre de 12 pointes,semi-automatiques.
C'est increvable,c'est passe-partout,  et avec la sécurité et la facilité qu'ils vous procureront, vous vous habituerez à eux, vous les prendrez en affection. 
Les chaussures, si vous n'avez plus  de sous, vous les emprunterez...

Remarquez, sur l'un des 2 anneaux , un "bout élargi". Cela permet de tourner la vis (invisible  sur la photo) afin de régler la longueur du crampon à la pointure de la  chaussure. ( absolument inutile de serrer la vis comme une brute !)
Sur la talonnière noire, la molette jaune sert à parfaire ensuite l'ajustement au talon.
1- Réglage du crampon à la pointure = sans que les lanières soient  serrées, en forçant un peu, le  crampon doit déjà tenir sans bouger sous la  chaussure.
2- Ce réglage se fait aussi en jouant sur la molette de la  talonnière. En bloquant la talonnière sur le  débord de la chaussure, on doit forcer un petit peu encore et  obtenir un joli bruit de"clac".
Sur le terrain, faire des tests, en traversée, et en malmenant les crampons  sur  des rochers. Ils doivent rester parfaitement solidaires de la chaussure.
Les lanières sont presque accessoires, l'essentiel, c'est  cette molette.
Cette molette est aussi un point fragile .Son pas de vis peut facilement  s'encrasser, vérifier avant de partir qu'elle tourne bien, dans un sens  comme un  autre.

(Même avec ce genre de crampons très sûrs, j'ai vu plusieurs fois des gens en difficultés sérieuses = le crampon ne tenait pas sous la chaussure, faute d'avoir ajusté et vérifié les réglages la veille au  refuge...)
Image hébergée par servimg.com

Les  soucis de crampon (au pied droit surtout) de mon équipière  vont s'aggraver, il a tendance à se séparer de la chaussure.  Mes vieux  crampons SIMOND, je ne les ai vérifié qu'au dernier moment, Emilie avait aussi oublié de monter chez moi avec ses chaussures... Et j'ai mal fait le réglage en  longueur, plus laborieux à  effectuer sur ces crampons-là.
Au cours de la montée du couloir, nous essayons de rajuster la longueur de ce crampon = impossible, car la vis est fragile, je risque de l'abîmer définitivement avec le tournevis de mon couteau-suisse (qui convient parfaitement pour mes CHARLET), impossible car il faudrait avoir en plus une clé pour bloquer l'écrou.

Et pourtant..., dès avant le départ, j'avais des doutes, j'avais ajouté dans le coffre de la voiture le petit outillage nécessaire...  Et pourtant..., on charge les sacs sur le dos, j'hésite une seconde,..., je charge les 3 kilos supplémentaires de tente, tout en me disant qu'elle ne  servira pas, vu la mauvaise météo... 
Et pourtant, un centième  de seconde encore..., j'hésite encore, est-ce la pluie  qui commence à  tomber qui me  distrait ?...
Non, en un millième de seconde, je la prends cette décision = ces  quelques grammes d'outils à  crampons restent dans le coffre.
Pas un oubli, non, mais une décision de ma part, sans prendre une seconde de réflexion.  Stupidité sans fond de ma part !

En montagne, ne pas se donner le temps d'observer et de réfléchir, c'est stupide.
Et dangereux ! (surtout quand "on sait",  quand "on connaît"
)

Image hébergée par servimg.com

Je  fais une petite démonstration à Emilie d'ascension plus  directe dans la pente, avec les 2 piolets.
Ne suivez pas le mauvais  exemple que je lui ai montré, "la grimpe à la paresseuse" ,  piolets bien en mains certes, mais sans mettre les bâtons sur le sac, les laissant  suspendus aux poignets, traînant au  sol.
Idéal pour  trébucher, surtout quand on n'a  pas une grande habitude de la "paresse".


Et regardez plutôt  sa jambe droite et son pied  droit. Ils sont   encore en amont, mais encore en traviole, la moitié des crampons accrochant l'air, plutôt que la neige...
OK, elle a bon appui sur la jambe / crampon gauche, en  aval, ...Mais que va-t-il se passer quand, selon un geste qui paraît normal, elle va soulever cette jambe gauche = quasi zéro appui  sur les jambes - pieds- crampons.
Rien de grave pour le moment, car , grâce au 2ème piolet, (celui qui se trouve présentement en amont, dans sa main  droite), elle corrige, spontanément, l'erreur de son pied  droit. Elle se "penche vers le haut", enfonçant plus fermement et avec moins  de  difficulté  piolet.
Si jamais elle croisait  maintenant ses crampons, elle chuterait sur les genoux, mais ne glisserait pas, retenue par le couple piolet / dragonne.

Le plus sûr pourtant serait qu'elle conserve d'abord ces 2 bons appuis (piolet droit en amont, jambe-crampon gauche, en aval. Sans soulever cette jambe d'appui, tourner le reste du corps vraiment vers l'amont, et notamment ce bras gauche, avec son piolet gauche qui ne demande qu'à venir l'aider et la  sécuriser en se plantant en amont.
J'exagère  la description du  mouvement  =
1) On ne bouge pas les pieds. 2) Commencer à tourner le reste du corps vers l'amont.  3) En même temps qu'on tourne le corps, ce bras gauche en aval, avec son piolet qui pendouille dans l'air, il faut le lever au-dessus de sa tête, l'amener vers l'amont  4)  Le bras va retomber naturellement, et ce  second piolet va se planter facilement à l'amont. Son pied-crampon droit va quitter  tout seul cette position "en traviole",  et s'orienter lui aussi vers l'amont.
Image hébergée par servimg.com

L'instant suivant, Emilie, au lieu de continuer l'ascension,  se   tourne vers le bas  (et on le  lui pardonne bien volontiers, car c' est  pour me faire un sourire. A vous  aussi.)
La  neige, bosselée  par la fonte par endroits, (offrant  ainsi aux pieds   de mini-horizontalités ) et  la pente moins raide ici lui apporte "confort et  sécurité".

Elle  a le  sourire, avec  cette découverte géniale des 2 piolets-dragonne
( en réalité," l'alpinisme - 4 pattes"  a depuis longtemps été inventé par les chamois) .
Ellle  se  sent en sécurité...
Même si son  campon droit est encore plus en traviole que précédemment.
Même si tournée vers le bas, elle appuie moins sur son piolet droit à l'amont.
C'est qu'elle est à l'arrêt.
C'est qu'elle appuie bien sur  son pied-crampon gauche. Il est à l'aval, il est  complètement en travers de la pente, et ça ne gêne pas, au contraire =  regardez comme ce crampon aval accroche bien.
En ski, comme en marche ordinaire, c'est le même principe = si vous ne voulez pas aller trop vite vers le bas, vous appuyez plus fort sur bâton ou la jambe "en bas".
Image hébergée par servimg.com

A l'aise, mon équipière !   Elle pose, très relax...
Relax car  le piolet droit, toujours à l'amont s'est rapproché du corps, elle s'appuie mieux  dessus.
Elle est toujours à l'arrêt. Elle a  conservé son bon appui jambe-pied-crampon gauche en aval.

Sa jambe droite n'est pas une patte de dahut, elle est un peu trop longue...
La solution de sécurité serait de  monter  cette jambe, de plier le genou, et de planter le crampon en amont,   orienté parallèle à la pente , "sur les pointes avant"

Un peu flemmarde  comme moi, pour mieux se tourner vers nous, elle préfère laisser presque pendre vers l'aval son pied droit.  C'est vrai qu'à l'instant  d'avant ( la photo au-dessus) son crampon droit en traviole  ne lui servait pas à grand-chose de toutes façons, sauf à exercer une force opposée à celle que déployait son pied gauche...

Ici, ça va,  on peut flemmarder, laisser pendre une jambe; c'est pas  raide  du  tout. Mais faudrait pas abuser non plus!
Image hébergée par servimg.com

Sur les 3 photos suivantes, exemple d'ascension "droit dans la pente",  avec 2 piolets -dragonne.  Avec 1 crampon "en pointes avant" et l'autre "en travers-amont".
Selon la pente, la neige,la fatigue ou pas, on peut progresser aussi  en mettant les pieds "en canard". Sur pentes vraiment raides, c'est fatigant, mais indispensable par moments. On peut progresser aussi avec les 2 crampons "en pointes avant", mais  quand la neige est très dure,  devient glace = faire vraiment gaffe !


Un mois auparavant, ce n'était pas la même neige, ni la même météo.
Encore une fois, oubliez  mon mauvais  exemple de "grimpe à la paresseuse", avec le bâton qui traîne, suspendu au poignet . ( N'exagérons rien = je ne suis pas flemmard au point de ne pas raccourcir  mes bâtons.)
Par contre, c'est un bon exemple pour "l'alpinisme-4 pattes", droit dans la pente.
Ainsi on abaisse notre centre de gravité de bipède, assez instable...
D'ailleurs, si j'avais envie ou besoin de faire une pose, sans rien bouger,à part abaisser les les genoux jusqu'à la neige, j'aurais une position  relax. Je pourrais même éventuellement libérer un bras pour  allumer une clope, faire une photo, etc,etc...

Ainsi on  réduit les traversées et leurs risques, on évite les pas tournants, inconfortables et périlleux.
Piolet gauche  ancré sans peine tout à l'amont,  jambe-crampon droit à l'aval, et "en pointes avant", un autre appui.
La jambe gauche, avec le crampon en travers, mais vers l'amont, donne déjà un bon appui pour le moment où je vais soulever le pied droit pour l'amener en amont de l'autre.
Bien assuré aussi par le second piolet-dragonne,  à mon bras droit, qui accroche la pente par la lame.
Image hébergée par servimg.com
Un mois plus tard,suite de ce mouvement.
( la  différence, c'est que j' ai passé mon  second piolet à Emilie)
La jambe de droite est passée à l'amont et  le crampon accroche sur les 2 pointes avant.
Dans le même temps, le piolet droit va venir se planter à l'amont du gauche.
Et à la fin du mouvement, c'est de nouveau stable, et  repos tranquille si besoin = piolet droit en amont / jambe gauche à l'aval.
Image hébergée par servimg.com

Quand on se tourne vers le bas, ou qu'on descend, les erreurs ou distractions sont périlleuses aussi.
1ère précaution = abaisser le centre  de gravité. Plier les genoux, abaisser le dos...
2 ème précaution = un piolet / dragonne toujours planté. ( mieux encore = deux piolets...)
3 ème précaution = si on sent un  un risque, même infime, ou une petite fatigue, descendre à reculons.

Quand il fait beau, on peut en profiter pour  s'entraîner. Par mauvais temps, on n'a pas trop le temps de prendre du bon temps...
Image hébergée par servimg.com

Retour  en fin juillet, dans le haut  du  Pertuis = ce qui devait  arriver arrive.

Si j'ai bon  souvenir, elle montait  ainsi, 1 bâton, 1 piolet, et ses 2 "10 pointes", dont le droit est mal  ajusté. (Elle m'avait  rendu le 2 ème piolet qui l' avait embarrassée dans des passages déneigés et caillouteux.)
L'instant précédent sa chute, je ne l'ai pas vu. J'entends un petit cri derrière moi, je vois Emilie  qui commence à glisser sur le  dos.

Curieusement, je ne m'affole pas, je vois  qu'elle a  encore  le piolet en main (mais en l'air), je vois qu'elle n'a pas encore pris de la vitesse, je vois que les rochers les plus menaçants sont loin.  Je lui crie : " Retourne-toi ! ... Retourne toi !".

Elle m'a entendu, je le sais, je vois qu'elle n'y  parvient pas. Et là, je m'effraie...
Image hébergée par servimg.com

Dans les manuels ou formations d'alpinisme, on explique, à fort juste titre, qu'en un cas pareil, qu'il faut se retourner sur le ventre pour freiner, stopper la glissade.
La raison ? à la fois simple et longue à  expliquer. Faites donc des essais, sur une petite pente de neige, où à la plage,  sur une dune  de  sable,  si possible avec des crampons, en glissant sur le  dos, puis sur le ventre.

Donc, faut se  retourner. C'est la théorie. Mais comment y parvenir ? ça on l'explique moins... 
Et mon équipière, qui pourtant glisse lentement, pas trop secouée par la pente, ne  parvient pas à se retourner... le poids (pourtant raisonnable) du sac la gêne beaucoup...

En pratique (et en  vécu), le  retournement, ça  donne à  peu près ça =
- Ne pas avoir lâché son piolet ( d'où l'intérêt de la dragonne).
-  Avoir suffisamment  d'énergie mentale pour penser à passer le bras tenant le piolet en travers de sa poitrine, pour que la lame du piolet aille chercher la pente  de l'autre côté du bras en question.
- La lame ( càd. la partie supérieure la plus effilée du piolet)  va alors accrocher la neige, commençant à faciliter le  retournement.
-  Il faut encore un gros effort physique et mental pour terminer le retournement. Alors, le corps pèse sur le piolet qui  s'enfonce alors  solidement.
-  On est brutalement freiné, sinon stoppé. Si vous avez  la dragonne au poignet vous reliant au piolet, vous pouvez pousser un grand OUF ! (Attendez quand même de reprendre vos esprits, on peut prendre tout son  temps à présent, vous êtes assurés au piolet.  Attendez,..., relevez-vous lentement, avec précaution, pas la peine de recommencer l'expérience tout de suite !)
    Sinon, sans dragonne, comptez sur une sacrée chance pour ne pas lâcher le piolet sous le choc de ce freinage brutal.

Beaucoup  de formateurs ne recommandent pas la dragonne pour les piolets.

Moi je vous recommanderais bien  un endroit où en fin de certaines saisons, on peut récupérer de bons piolets, très,  très  bon marché.
Leur seul défaut ?  ils  n'ont pas de  dragonne . (Pas cher du  tout d'en acheter ou d'en  bricoler  une ensuite) . 

C'est dans les Ecrins, une certaine Brèche assez  fréquentée.... la voici =



Emilie, tout ça, ça la fait  bien  rigoler.
Surtout quand on en est enfin sorti, de ce Pertuis, dont les dernières pentes déneigées en cette fin juillet, sont faciles.
Image hébergée par servimg.com

Bon OK, elle a  enrayé  sa chute  d'une façon peu orthodoxe, mais l'important, c'est le résultat, pas vrai ?

(Elle glissait, lentement,  proche d'un bord rocailleux du couloir. Elle a  renoncé à se retourner, ses pieds sont venus heurter la caillasse et l'ont stoppée.)

Plus tard, elle me dit l'instant qui a précédé la  chute.
Après un passage plus raide, elle atteint  un endroit plus "calme",..., elle se  retourne pour  souffler, regarder le paysage...   sans prendre la précaution de planter le piolet  en amont.
( D'ailleurs, la neige, dure, nécessite un certain  effort pour enfoncer le piolet. Bref, à la longue, on  a la flemme, on s'en  dispense, surtout quand  c'est "pas dangereux".)

C'est bien ce que je pensais, ce que j'avais déjà plusieurs fois constaté :
Les endroits "pas dangereux"  sont  très  dangereux.
Image hébergée par servimg.com

On rigole bien, ça  s'arrose !
Et ça tombe bien,  la pluie nous trempe de plus en plus.

Sauf que le casse-croûte, c'est toujours pas pour  maintenant. On  grelotte. Mais on  rigole.
On ne réfléchit pas beaucoup : Pas de camping. "Y a qu'à  descendre  jusqu'au Chalet  du Merlet".
Moi je ne fais pas  attention à l'heure.  En tout cas, on a mis plus longtemps que les 4 ou 5 heures piano-piano qu'il m'avait  fallu en juin, de la voiture à la sortie  du Pertuis.
Image hébergée par servimg.com

Fissa, on profite  des derniers  névés de juillet pour  accélérer la  descente.
Un yéti agile me poursuit, mais aucune inquiétude à  avoir...
Image hébergée par servimg.com

Pourtant, l'inquiétude va grandir,  de nouveau.

Toujours pas de vent de Nord qui  chasserait la pluie et ce  brouillard.
Je connais le coin "par coeur", et  pourtant...
Dans le brouillard, instinctivement, je préfère entraîner Emilie par  un détour, pour éviter de nous trouver en fâcheuse posture, coincés au dessus des barres rocheuses sur notre gauche.
Plus à droite, nous longeons les lacs, les torrents qui descendent du Morétan.
Par  rapport à ce que j'ai  connu des étés  précédents ou au  mois de juin  d'avant,  c'est l'inondation !
Image hébergée par servimg.com

Pas trop le temps de réfléchir, ( ni de faire des photos!) , je  redoute le torrent en bas, déjà  violent, périlleux et compliqué à  franchir en juin,...
Pour la première  fois de ma vie  de montagnard, j'ai des  crampes dans les mollets  à force de sauter sur les éboulis instables et glissants ( crampes causées par le  froid, le manque d'alimentation et d'hydratation)...
Mais j'accentue le  détour, pour ne pas trop descendre et pouvoir franchir le  torrent sans trop de galères.


Depuis un moment, Emilie  me  fait part de  ses doutes, de  ses inquiétudes.
Moi, habitué à marcher à l'heure solaire, je lui réponds que la lumière sombre est trompeuse, c'est le  brouillard... Mon équipière a une montre, mais elle ne me dit pas quelle heure il est en réalité.
Ceci dit, le  torrent que je redoutais, nous le franchissons à l'aise, pile -poil à l'endroit que je voulais, et je crie "Victoire !" = le Chalet du Merlet est à présent facile d'accès, pas loin,.... Suffit de  descendre un peu ce vallon du Veyton, tranquille, large  et herbagé.
Suffit de guetter sur notre droite le "torrent du Merlet", de le remonter un peu, le chalet, juste à sa rive  droite,  nous  attend.

Au jour, où ces lignes  sont  écrites, le très accueillant  et  réconfortant Chalet  du Merlet nous  attend encore...

Suite et fin de cette histoire à dormir debout ? >> étendez -vous  par ici <<




01/08/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres