les Montagnards Unis

"Un Pertuis ardu..." : suite et fin de l'article

Date de cette virée = 20 et 21 juillet 2008

  La première partie de l'article  se   trouve   >>    ici    << 

JOUR 2 = séchages et repérages.

7 heures  du mat', les Grandes-Lanches émergent. Nous aussi.
Image hébergée par servimg.com

Vers 23h, la veille, nous avions fini par planter la tente....
Image hébergée par servimg.com

Notre terrain de camping.
Un genre de terrain cahotique et détestable : du "gispet", une végétation  qui garde longtemps l'humidité, qui pousse parmi des blocs d'éboulis.  Très casse-gueule et glissant, surtout en pente, d'autant plus que cette végétation cache les trous entre les blocs de roche.
Image hébergée par servimg.com

L'objectif un peu ambitieux de ce JOUR 2, c'était essayer l'ascension de ce Grand Morétan. En remontant  par le col  du Morétan, pas difficile, mais avec  des névés en versant Nord  ( sur la photo, il est invisible). Puis, du col, essayer de rejoindre la voie normale qui est en face sud-est.
Ce ne sera pas pour  cette fois.
Image hébergée par servimg.com

Car avant toute chose, il faut nous trouver une place au soleil, pour  un bon petit-déjeuner  et le séchage des vêtements et de la tente.
Distinguez-vous, sur la  droite, une combe dans lequel se devine le ''torrent du Merlet" ?
Image hébergée par servimg.com

Normalement, même pas par  temps de brouillard ou de nuit, on ne peut pas  se  tromper : il suffit de remonter un peu le long de ce  torrent, et après une petite cascade,une petite pente,  on arrive  sur un "plat" avec le Chalet  du Merlet, juste en  rive droite. Et  pourtant....
Arrivés au bas  du  torrent  du Merlet, le débit modeste et  les méandres m'ont  fait  douter. " C'est peut-être un autre ruisseau intermittent qui s'écoule à la faveur du déluge", me  suis- je  dit.  Dans la presse, le brouillard et la nuit  tombante, je n'ai pris ni le temps  de l'observation, de la  réflexion, ni sorti boussole et carte.
Image hébergée par servimg.com

Alors,  dans le doute, j'ai entraîné Emilie dans ces mauvais éboulis, en remontant vers la gauche. Nous aurions dû tomber sur la combe du  torrent, mais rien.
Toujours en montant, je change de direction , vers la  droite, et là, je la  distingue  cette combe.
Emilie a  encore plus  de doutes que moi... nous  redescendons, à la recherche d'un espace campable.  Nous étions à  10 minutes du chalet...
Image hébergée par servimg.com

Maintenant, arrivé au "lac inférieur" (lacs du Morétan), j'observe et  je  comprends tout !  Je comprends la cause mes doutes d'hier : je m'attendais à découvrir les torrents de la Colombière et du Merlet en furie, à l'égal de ceux du versant opposés.

En juin, le torrent du Merlet était vraiment mal commode à  franchir.  Le  torrent de la Colombière, (celui de la photo ), c'était encore pire. C'est qu'ils s'écoulent sur des versants exposés au sud. Ils étaient alors gonflés par la fonte des névés.
A présent, fin juillet, les névés  en versant sud ont  disparu,  et les  torrents de la Colombière  et du Merlet se sont apaisés.
Par contre,  en versant nord, (celui que nous avons descendu hier), des névés  subsistent, voilà pourquoi les lacs et torrents ce côté débordaient, orage aidant.
Suffisait d'y penser !

Bref, en toutes saisons, dans tout le haut du vallon du Veyton, pas de confusion possible : du Nord, (càd. les pentes exposées au sud), ne descendent que 2 torrents. Celui de la Colombière ( le plus élevé)  et celui du Merlet.
Suffisait de s'en souvenir ...

Image hébergée par servimg.com

Explication lumineuse !
Un dahut, à qui nous avons confié l'appareil, accepte d'immortaliser la scène.
Image hébergée par servimg.com

Je vous laisse  deviner où se cache l'itinéraire pour le col du Morétan.
Image hébergée par servimg.com

Lors de la conférence petit-déj.,  nous avons décidé de revenir par le facile col du Vay, je ne l'avais jamais passé.
La sente disparaît de temps à autre, ça manque de cairns,  il faut  chercher un peu le passage le plus sûr et le plus  logique.
Image hébergée par servimg.com

Mais aujourd'hui, avec de la  visibilité, ce n'est pas un problème de remonter à proximité  des barres  rocheuses.
Image hébergée par servimg.com

Simple photo-souvenir.
Image hébergée par servimg.com

Une photo  prise non loin du  col du Vay :  exercices de repérages avant une nouvelle virée dans ces parages.
En face, le col de la Colombière  et son torrent. En remontant l'arête, vers la  droite ( vers l'est), le Rocher des Pâtres, avec à sa droite et en neige, la Brèche de la Passoire, qui peut vous faire passer en Savoie.
Image hébergée par servimg.com

Plus près, et en dessous, les 3 lacs les plus élevés.
En vernant du col du Vay, une  fois qu'on les a atteints, il faut prendre sur la  droite pour voir  et rejoindre le chalet du Merlet,  via le lac Inferieur.
Image hébergée par servimg.com

Dans l'autre  sens, la pente d'herbe à  droite  conduit au col du Vay.
Au dessus des éboulis, une sente assez tracée, en traversée,  rejoint le couloir du Pertuis, tout à gauche.
Image hébergée par servimg.com

Pour remonter du Chalet du Merlet au col du Vay, on peut compter aisément 4 heures  ( il vaut mieux compter trop que pas  assez...).
" Mer de nuages sous  2000 mètres d'altitude, grand bleu et  vent de nord pénible  au-dessus" ... : les prévisions météo n'ont aucun rapport avec la  réalité  de ce jour.
Image hébergée par servimg.com

Ce  coup-ci, tout en étant sûr de notre fait, nous prenons soin de bien examiner la carte. Pour rejoindre la cabane du Vay, c'est  simple = dans la ligne de plus grande pente sous le col. De là, le  sentier est tracé, balisé : une longue  traversée qui ne perd quasiment pas d'altitude.
Image hébergée par servimg.com

Les nuages, qui devraient stagner dans la vallée du Gleyzin sont largement  au-dessus.
Et nous ne  descendons toujours pas, nous sommes au moins à  encore 1900 m., plus élevés que le refuge de l'Oule perché  entre deux cascades.
Image hébergée par servimg.com

Gros coup  de zoom sur le parking.  Le  sentier se refuse toujours à  descendre,  il fait d'abord un détour toujours en traversée "horizontale",   pour mener jusqu'à une autre cabane,l'Aup Bernard.
Et nous  sommes pressés, il y a  concert à 19h à Grenoble...
La carte IGN, ça a du bon :  juste après avoir passé le haut de la combe du  torrent, nous dévalons presque tout schuss ces 700, 800 mètres , dans une forêt de grands sapins sans éboulis ni autres embûches.
Image hébergée par servimg.com

Emilie, je peux  vous le dire, c'est vraiment une bonne  montagnarde.
Elle a le pied alpin, c'est sûr. Mais le principal,  c'est l'état d'esprit = un mental alpin, aussi zen, aussi serein qu'un chamois.
Une équipière en or, vous dis-je, ..., à l'humeur toujours égale.


Et moi, plus jamais je ne commettrai cette sottise = les crampons, ça se vérifie ! bien avant le départ !  ( même, et surtout quand  on est "en retard" !)
Image hébergée par servimg.com



31/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres