les Montagnards Unis

Lexique du montagnard, de A à D

Lexique neige et montagne  (de A à D )


A

Adret n.m.
Appelé aussi " endroit ", il s'agit, dans une vallée est-ouest, du versant tourné vers le sud. Il est donc au soleil une grande partie de la journée. Le versant le plus à l'ombre, c'est l' ubac .

Affûter, v.  (de la famille de fûté)
" Quand Homme Grenoblois affûte ses skis,
   hiver sera neigeux. "   (proverbe Inuit)

Alpage n.m.
Pâturage d'altitude, utilisé en été.

Alpe n.f.
Alpage, prairie d 'altitude ( si au singulier)
Si au pluriel : parc à  jeux pour alpinistes, situé à peu près au centre de l'Europe .


Altimètre n.m.
Instrument indiquant l'altitude, à partir de la pression atmosphérique

Amont n.m.
Lorsque l'on est sur une pente, désigne le côté montagne que l'on voit quand on se tourne vers le haut (contraire: aval)

Arbalètes n.f. pl.
Pioches

Arête n.f.
Partie sommitale d'une montagne, saillante, séparant deux versants.
Poisson ou montagne sans arêtes, c'est pareil, ça n'a pas de goût.

Assiettes n.f. pl.
Téléski


Aval n.m.
Aval et amont sont deux concept-clé du montagnard, ( la notion de "plat" lui est beaucoup plus obscure)
2 moyens simples pour ne plus confondre aval et amont =

- Quand vous apercevez un torrent, observez le sens d'écoulement de l'eau, c'est l'aval.
- Quand vous êtes sur une pente bien raide et que vous chutez, la direction vers laquelle vous dégringolez, c'est l'aval .
Si on a encore un doute, relire "Les principes de physique" de Newton.

.
Sur des skis, le montagnard malhabile et  effrayé, a tendance à s'efforcer de tourner vers l'amont pour ralentir ou s'arrêter. Pas très élégant, mais efficace, sauf sapin.
De même, le montagnard sait bien qu'on chausse d'abord le ski aval - essayez de de faire le contraire sur une pente raide, vous  comprendrez pourquoi.

Encore plus étonnant ( en lien cependant avec cette histoire de chaussage des skis)  = 
observez le montagnard, (lointain cousin du dahut), lorsqu'il est en traversée , c.à.d.  lorsqu' il se déplace avec  l'intention de se rapprocher ni de l'aval, ni de l'amont  - on dit  d'ailleurs dans ce cas  "il fait le dahut" .
Il intègre alors spontanément ( sinon après quelques déboires) des notions mathématiques complexes= c'est ainsi qu'il appuie  plus fortement sur le bâton aval
Explications de ce comportement =
Tout corps (et encore plus quand il est en mouvement) est entraîné plus fortement vers l'aval que l'amont.
Pour compenser cette attraction gravitationnelle, le montagnard , qui fait voeu de parcourir une distance Y à une altitude à peu près constante Z, exerce une force  FV+(a X n) sur le bâton ( ou le pied, ou le ski)  aval  et une force  FM-(a X n), souvent  égale à 0,  sur le bâton amont. Ce qui donne la formule =
Y/Z = { FV + (a X n) }  X  { FM - (a X n) }
Mais alors,  comment fait-il, quand il veut perdre en altitude (= "aller vers l'aval", = "descendre en bas") ou quand il veut s'élever en altitude ( "aller vers l'amont", "monter en haut")  ???
Impossible de répondre ici à cette  question,  qui fait l'objet de savantes études et de longues recherches, de brevets exclusifs,  dans les nombreuses écoles d'ingénieurs et entreprises High-Tech de Grenoble.



ARVA n.m.
Appareil de Recherche de Victimes d'Avalanche, ceinture de sécurité du pratiquant de sports hors-piste. Utilisé en fonction "détection", il permet de localiser toute personne ensevelie sous la neige, pourvu qu'elle en porte un en position "émission". Une sonde permet d'affiner la recherche, et une pelle de dégager la victime (ça, c'est pour la théorie).

Avalanche n.f.
Masse de neige qui se détache du manteau neigeux pour dévaler une pente.


 


B

Backside adj.
En snowboard, se dit d'un virage effectué dos à la pente, sur les talons. L'angle de vision est moins ouvert qu'en frontside

Barre (ou barre rocheuse) n.f.
Petite falaise, barrière de rochers
" petite", ... mouais, ...
mais pouvant occasionner de grandes (et mauvaises)  surprises. Surtout quand on se trouve au-dessus et qu'on s'aperçoit trop tard de sa présence.

Baudard n.m.
Baudrier

Baudrier n.m.
Système de sangles et de boucles, que l'on porte autour du bassin et/ou du torse, et qui permet de se raccorder à une corde. Accessoire indispensable dès que l'on pratique un sport où l'on a besoin de s'encorder.

Big air n.m.
Tremplin destiné aux adeptes de freestyle (ski, snowboard ou télémark), qui permet d'effectuer des sauts et des figures acrobatiques (les manœuvres)

Bise n.f.
Vent sec et froid soufflant du nord ou du nord-est

Boardercross n.m.
Course de 4 snowboarders. Ils s'élancent simultanément sur un parcours composé d'une succession d'obstacles (bosses simples, doubles ou triples, virages relevés et "gaps").

Botter v.,  Bottage n. m.  ,
Botte  n. f .( syn = emmerde)
(et Antibottes, toujours au pluriel,  syn =solution)
Verbe utilisé quand la neige colle sous les semelles des skis ou des chaussures: "ça botte!"
" Saloperie ! j'ai 1 mètre de botte sous mes skis !"   ( un montagnard marseillais)
Le bottage 
se produit plutôt au printemps, en certaines températures de neige, ,  lorsqu'elle n'est ni trop chaude, ni trop froide.
Il convient de distinguer "neige collante" et "neige bottante".
La neige collante gêne la glisse. La neige bottante peut former un lourd sabot de  20 cm sous le ski , les raquettes ou les crampons, très déséquilibrant.
Le bottage est encore plus perturbant sous des crampons. Il peut survenir très vite et surprendre. On s'imagine en sûreté avec les 2 fois 12 fois douze pointes qui vous agrippent à la pente, et on perd soudain toute adhérence, étant surélevé  sur la botte...
Les antibottes sont des machins en un genre de caoutchouc, qui se fixent sous les crampons, empêchant la formation de cette botte de neige. En général, vendues avec les crampons. Mais s'usant aussi, ça se remplace, en magasin bien spécialisé Etre bien certain que leur modèle correspond bien à vos crampons. C'est vraiment  cher pour ce que c'est, mais elles sont indispensables.
" Avant une course de neige, avant de rencontrer une emmerde, je  vérifie toujours l'état de mes antibottes(un montagnard grenoblois)


BRA n.m.
Bulletin Régional d'Avalanches

Bureau des guides n.m.
Lieu où vous pouvez rencontrer ou fixer une course avec les guides de votre station


C

Cabane n.f.
Petite construction de montagne destinée à abriter les alpinistes ou les randonneurs (voir refuge)
Concept-clé du communisme montagnard. A préserver.
Providence du montagnard bien informé, surtout quand elles sont pourvues de matelas, de couvertures, d'un poêle ( qui ne vous enfume pas) et d'une provision de bois et d'autres gâteries.
Cruelle déception du montagnard mal informé, quand la porte est solidement fermée par un verrou. Dans ce cas on dit aussi "cabane privée", ou "cabane réservée au berger"


Cairn n.m.
Tas de pierres signalant un passage. Visible de loin, (en principe) il balise les itinéraires de randonnée.

Se méfier de pas mal d'entre eux, surtout les plus petits, placés par des rigolos,  qui vous guident vers des endroits non-désirés.
Ne remplacent pas l'observation attentive, la jugeote perso, et encore moins la carte et la boussole.
Indiquent cependant souvent le passage le plus commode devant un obstacle.


Calotte n.f.
Masse glaciaire et/ou neigeuse qui coiffe un sommet

Canting n.m.
Réglage de l'inclinaison latérale du pied dans les chaussures de ski ou de snowboard

Carre n.f.
Partie métallique qui se trouve sur les bords de la semelle et qui permet à la planche d'accrocher sur les neiges dures. Sans elle, pas de carving

Carving n.m.
En ski, snowboard ou tout autre engin glissant, style qui consiste à faire de grandes courbes sur les pistes damées, en conduite coupée (voir couper), en essayant de se pencher un maximum dans les virages

Désigne également les skis destinés à cette pratique.

Cascade de glace n.f.
En hiver, sport qui consiste à escalader les cascades gelées.

Casque n.m.
L'ami n°1 du glisseur prudent. Protège les têtes et les idées des coups et des chocs

Catex n.m.
Système automatique de déclenchement d'avalanches, qui achemine les charges par câble jusqu'à l'endroit de leur explosion

Chamois n.m.
Mammifère à cornes emblématique des régions de montagne. Ne surtout pas le confondre avec une grosse chèvre, sous peine de vexer les locaux. (voir marmotte)
A  confondre  encore moins avec un bouquetin, un éterlou, un isard ou un dahut..( je ne vous ferai pas l'injure de vous demander quelles sont les différences)

Combe n.f.
Petite vallée en auge

Contrepente n.f.
Flanc d'un couloir ou d'une combe

Conversion n.f.
Concerne les skieurs. Presque à l'arrêt, manœuvre qui consiste à faire demi-tour

Corniche n.f.
Surplomb de neige formé par le vent sur une crête
Permet de jolies et impressionnantes photos.
En général, assez solide, grâce au gel et au vent. Mais inutile de trop tenter le diable...
Obstacle embarrassant, quand elle vous surplombe au débouché d'un col ou d'un couloir étroit et raide.
A tendance à s'effondrer par un redoux soudain et intense, occasionnant éventuellement une coulée (voir ce mot). C'est pas le moment de se trouver en dessous.

Exercice = sur le schéma ci-dessous, indiquez les endroits où  ce promeneur ferait bien de ne pas trop s'aventurer.


Coulée n.f.
Avalanche de petite envergure.  Mais maxi dégâts possibles, lorsqu'elle se déclenche, pour le bonhomme en dessous.
Moi, personnellement, je préfère la voir déjà étalée au pied de la pente que ne pas la voir : il y a moins de risques qu'elle me dégringole dessus.
Selon les cas, on dit =  "c'est déjà purgé" ou "c'est pas encore purgé"

Couloir n.m.
Bande de neige, ( ou sans neige),  en général étroite et pentue, qui se trouve entre des rochers ou au milieu d'une barre rocheuse.
Les couloirs ont de curieuses habitudes.
Etroits et raides, ils dévalent des sommets ou des arêtes rocheuses.
Retenant la neige ( la glace aussi parfois), ils sont la convoitise du  skieur expérimenté et même "extrême" ( ou simplement inconscient).
En neige, ils ont aussi la faveur du randonneur alpin, ( surtout à la montée ), pour peu qu'il soit équipé de crampons et de piolet (s) = gagnant du temps, de la fatigue et même de la sécurité,il se fait alors une joie de "monter tout schuss"  (pour se faire une idée, c'est un peu l'inverse "descendre tout schuss" sur ses skis).
Sans neige, le randonneur alpin a tendance à éviter de les emprunter (idem pour le skieur).

Il est  peu recommandé au randonneur alpiniste normal de s'engager dans la descente d'un couloir, si au préalable, d'en haut,  ou d'en bas, il n'en pas distingué  la totalité. En effet, un obstacle dangereux peut toujours s'y cacher (roches raides et lisses, nommés aussi "casse-gueule", glace...).

Les couloirs ont  également pour habitude d'envoyer valdinguer vers le bas toutes sortes de choses =  bâtons, sacs à dos, piolets, gants, gourde,..., 
Sans parler  des pierres (surtout en été) , des coulées avalancheuses, ainsi que des alpinistes.

( NB = plus raides, ils retiennent moins longtemps la couche de neige instable et "purgent" plus vite. Une habitude qui me les rend sympathiques)





Couper v.
Action de conduire son ski ou son snowboard sans déraper. Le ski est toujours tangent à la trajectoire du glisseur. Nécessite de pousser franchement sur les carres

Crête n.f.
Ligne de faîte d'une montagne

Crevasse n.f.
Fente profonde ouverte dans la surface d'un glacier

Croupe n.f.
Pente qui a la forme d'une croupe, de cheval, de chèvre ou de chamois (voir chamois)

Croûte (ou neige croûtée) n.f.
Couche de neige dure formée en surface du manteau neigeux, qui résiste à notre poids de manière variable : tantôt on s'enfonce dedans, tantôt on glisse dessus


D               

Dahut, n. m.

Quadrupède alpin, très mignon,  agile mais fragile.
Le montagnard se fera un plaisir de vous expliquer comment le capturer,sans lui faire de mal , ( en profitant de sa curiosité  naïve de l'animal), pour l'observer avant de  lui rendre sa liberté.
>>  dahuts de Belledonne <<






Dénivelé(e) n m. ou f.
Traduit la différence d'altitude entre le point de départ et d'arrivée d'une course. Négative à la descente, positive à la montée

Dépression n.f.  
Zone de basses pressions atmosphériques (inférieures à 1015 hPa en moyenne). Sans elles, pas de précipitations, pas de neige, pas de ski. Y'a pas que le soleil dans la vie !

Antonyme = anticyclone

Dans l'hémisphère Nord, elles se déplacent, en ayant tendance à tourner sur elles-même, dans le sens contraire des aiguilles d'une montre.
En hiver et en  général, elles se forment et partent  du nord-ouest, du côté de l'Islande.
J'ai bien dit "en général"... Mais pour le montagnard, c'est quand même utile à savoir: il se dit alors soit "la crasse est passée", soit "la crasse arrive".

Mais une dépression peut être suivie d'une autre, c'est comme pour les trains au passage à niveau. On appelle ça un "passage perturbé à très perturbé".
Pire,  il arrive que plusieurs dépressions, se forment en des endroits différents, quasiment en même temps, se croisant et se chevauchant en tous sens. Dans ce cas, le montagnard  renonce à deviner l'évolution du ciel, il reste chez lui, songeur , épluchant  durant des journées entières,  les patates pour la tartiflette. Ou fartant méticuleusement ses skis. Ou aiguisant soigneusement ses crampons. Activités qui sont l'indice évident  d'un cycle dépressonnaire très pertubé et très actif.


Dragonne n.f.
Lanière fixée au bâton de ski ou de marche, et que l'on passe et ajuste  autour du poignet, améliorant ainsi la préhension. Evitant  aussi la perte du bâton...
Sur un piolet, elle est mobile le long d'une partie du manche.
Beaucoup nient son utilité, prétendant qu'en cas de chute, elle peut occasionner des blessures. Sans doute n'ont-ils pas vraiment essayé.
Lorsqu'on dévisse, on risque facilement de lâcher le  (ou les) piolet. Mais, si on l'utilise correctement,le piolet est planté lors de la progression :
en cas de faux-pas, la chute est enrayée car on reste arrimé, -grâce à la dragonne-  au piolet, qui reste bien sagement planté dans la neige. ( testé  avec succès à plusieurs reprises...). Evidemment, sur la glace, c'est encore une autre histoire.
La dragonne est très pratique aussi, pour dégager la (les) mains, en permettant de
suspendre simplement autour de son poignet le bâton ou le piolet.
Après une glissade enrayée, bénir la dragonne de votre piolet.
Avant de partir, vérifier qu'elle est en bon état, ce serait trop bête...




DVA n.m.
Détecteur de Victimes d'Avalanches. Synonyme d'ARVA



06/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres